vendredi 29 août 2008

Les fournisseurs-concurrents et les autres

Voici un billet intéressant du blogue Global Watchtower de la société-conseil Common Sense Advisory.

On y lit que les fournisseurs de services linguistiques — c’est-à-dire nous, les langagiers et particulièrement les cabinets de langagiers — sont craintifs à l’idée d’acheter des outils de gestion auprès de concurrents. SDL/Trados est l’exemple cité par l’auteur, mais il en existe plusieurs autres. D’ailleurs, il n’est pas surprenant que les langagiers eux-mêmes aient été les premiers à vouloir mettre au point des outils qui correspondent à leurs besoins. Par contre, je suis convaincu qu’un moment arrive où l’entreprise doit se scinder en un cabinet de traduction et un développeur de logiciel afin de bien desservir ces deux clientèles.

Un des billets précédents du même blogue, à propos de l’outil Google Translation Center, m’a porté à réfléchir sur une utilisation possible de cet outil par les entreprises pour la gestion de projets plutôt que pour la traduction proprement dite, qui serait laissée aux soins de quelques traducteurs chevronnés. J’ai bien hâte que Google le publie enfin, que l’on voie de quoi il en ressort vraiment.

Par ailleurs, j’ai commencé à travailler récemment avec un client qui utilise Beetext Flow pour acheminer les projets à ses pigistes et Find pour partager les bitextes par Internet. En tant que pigiste, je les ai trouvé plutôt conviviaux. J’aurais cependant aimé qu’ils fonctionnent avec Safari sur Mac...

Et vous, ça vous inquiète de dépendre de vos concurrents?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire